Des gouttes d’eau pour Béné 

Celui où je vous contais une histoire

Bénédicte et moi avons grandi à quelques centaines de mètres l’une de l’autre.  

A 8 ans, elle jouait Marie dans la crèche de Noël de notre quartier.  Je n’étais qu’un ange (jalousie). 

A 12 ans, nous avons bien grandi et sommes diamétralement opposée, elle jeune ado fonceuse, moi petite fille sage. Nos parents qui sont amis nous organisent néanmoins des vacances ensemble. Elle me pousse à sortir de moi-même. Des heures à pousser ce cuistax en haut d’une côté pour la dévaler ensuite à toute vitesse. Liberté , fous rires, et puis des glaces aussi.  

Nous avons 13, 14, 15 et puis 16 ans et ne fréquentons pas la même école mais le bus nous dépose au même arrêt et c’est en papotant que nous marchons jusqu’à nos domiciles respectifs. 

18 ans, nous nous retrouvons sur les bancs de la fac. Une belle amitié débute alors. Nos différences nous rapprochent. Nous « blocons » ensemble (bloc = période d’étude intensive avant les examens). Je l’aide à fabriquer ses costumes pour son baptême estudiantin (le costume de boulette restera notre chef d’oeuvre du genre).

2010 – Nos routes se sont géographiquement séparées mais nous gardons le contact. C’est l’année de nos mariages respectifs. Elle épouse Alex et moi Biquet. De belles fêtes où nous répondons évidemment présents.  

Mars 2016 – Nos familles se sont agrandies. C’est à 7 (et congelés, vive la Belgique 😁) que nous faisons le premier barbecue de l’année. 

Novembre 2016 – Alors que j’ai l’immense chance de porter la vie le sort frappe à la porte de Bénédicte. À 35 ans, elle est victime d’un AVC qui la laisse dans un état rare et grave appelé LIS, locked-in-syndrom ou syndrome d’enfermement. Bénédicte a toutes ses facultés cognitives et intellectuelles mais est totalement paralysée, à l’exception des paupières. Ce syndrome a notamment été porté à l’écran via le film « le scaphandre et le papillon » basés sur un roman autobiographique du même nom. 

Février 2017 – Nos deux famille dorment peu mais pas pour les mêmes raisons. Alex compte bien reprendre une vie amoureuse et familiale avec son épouse, mais pour cela, il a besoin de construire une maison adaptée. Ce projet a un coût, 1.5 millions d’euros

Alexandre a une idée folle, bénéficier d’une multitude de tout petits dons, l’équivalent de 1/1000 ème de notre revenu mensuel. Vous gagnez 700 € ? Faites un don de 70 CENTS.

Le principe tient en 2 points essentiels: 

1) Effectuez un don d’un millième de votre revenu mensuel, 

2) Parlez en autour de vous.  Partagez un maximum l’histoire de Béné et Alex via notamment la page Facebook de leur initiative.  

Voici une vidéo où Alex explique qui ils sont, ce qui leur est arrivé et ce qu’ils nous demandent. 

Des gouttes d’eau pour Béné – Alex

Une autre vidéo, plus courte, réalisée par la grande soeur de Bénédicte et résumant le tout.  

Des gouttes d’eau pour Béné – Dominique 

La page Facebook de leur initiative 

Des gouttes d’eau pour Béné – Facebook 

et puis finalement une plate-forme pour effectuer nos dons

https://www.okpal.com/desgouttesdeaupourbene

Publicités

10 réflexions sur “Des gouttes d’eau pour Béné 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s