1001 choses à dire à une infertile

Celui où je (me) posais 1001 questions 

Ces derniers temps, la PMA refait surface dans ma vie, pas de façon directe (je reste une indécrottable psychoteuse) mais dans mon entourage. Face aux épreuves et échecs, je ne sais pas toujours quoi (ne pas) dire ou (ne pas) faire. Mon petit parcours me donne quelques pistes mais l’entourage d’un couple en parcours d’AMP n’a souvent pas cette expérience (#heureusement  #5couplessur6).

Je propose donc pas un défi, mais un thème d’article. L’idée est d’écrire ce que vous auriez souhaité /souhaiteriez entendre, ce que vous aimeriez/ auriez aimé qu’on vous propose pour vous aider à traverser l’attente et les épreuves. Si nous choisissons des titres parlant, nous pouvons espérer que nos articles se retrouvent entre les mains de fertiles à la recherche des mots et gestes pour accompagner leurs amis moins chanceux.

Dans la tête de la Biquette

Nous avons plus que probablement chacune nos sentiments et nos besoins dans ces moments difficiles. Les filles sur la twitto ont déjà partagé avec moi pas mal de conseils et idées. Voici ma petite opinion personnelle sur la question.

J’ai la chance d’avoir eu un parcours court avant d’obtenir mon graal. La période la plus noire pour moi aura été l’après opération. Je pensais qu’on me dirait que j’étais réparée et dès lors « (re)devenue fertile » ce qui fut loin d’être le cas.  À ce moment-là, j’avais avant tout besoin d’oreilles ouvertes et compatissantes. C’est certain que l’AMP était un chemin plein d’espoir mais je n’étais alors pas prête à l’entendre. Je devais d’abord faire le « deuil du bébé couette ». C’est à ce moment-là que j’ai commencé à consulter une psychologue spécialisée dans l’accompagnement des parcours d’AMP. J’avais besoin qu’on reconnaisse mes sentiments et ma douleur, qu’on me rassure sur la normalité de ce que je ressentais. J’avais besoin qu’on me conseille de me protéger en évitant les évènements douloureux pour moi, sans culpabiliser. De mon entourage, j’aurais eu besoin de cette compréhension aussi. Concrètement, j’aurais aimé que les personnes au courant de notre situation prennent régulièrement des nouvelles, tout en comprenant mes absences et mes silences.

A cette période, voici ce que j’aurais voulu entendre :

  • Coucou, comment vas-tu ? Tu tiens le coup ? tout simplement J
  • Je ne peux pas comprendre ce que tu vis mais je suis là si tu as besoin
  • Je ne sais pas quoi te dire mais sache que je suis là
  • Je comprends et j’accepte que tu préfères éviter cet évènement
  • A tel évènement, il y aura machine qui est enceinte. Si tu préfères ne pas venir, pas de souci, on refera une activité toutes les deux.

Quand nous avons pris le chemin de l’AMP, le plus compliqué dans ma tête a été de gérer l’espoir du bébé couette (« il en suffit d’un ») et l’espoir d’un bébé tout court via la PMA. J’ai eu beaucoup de mal à trouver ma place, je culpabilisais d’être « impatiente » mais en même temps je n’en pouvais plus.  A cette période, voici ce qui m’aurait fait du bien au cœur, à la tête et aux oreilles :

  • Vous avez assez attendu (dit par mon doc, ça m’a fait un bien fou)
  • Tu fais bien de te battre
  • J’admire la force/ le courage dont vous faites preuve (même si à ce moment-là je me sentais plus nulle que tout)
  • Je croise les doigts pour vous
  • Comment vas-tu ? 
  • Je t’écoute 

Nous n’avons vécu qu’un seul échec d’AMP. A posteriori, je réalise la chance immense que nous avons eue mais sur le moment, je ne pouvais pas savoir que la tentative suivante serait la bonne et j’étais terrifiée à l’idée de ne jamais être mère. Le futur était plein d’espoir mais je n’étais pas dans un état qui me permettait de l’entendre. Je ne cherchais ni explications, ni solutions, juste une reconnaissance de la difficulté et de l’injustice de ce que nous vivions. De même, lors de la grossesse et des inquiétudes tritest/ kystes au cerveau, mon  sentiment était le même : désir qu’on reconnaisse mes inquiétudes sans les minimiser. Nul besoin de me parler des solutions, des chiffres et des stats, je les connaissais sur le bout des doigts. Mais par contre, une oreille présente et attentive, une réponse rapide à mes appels à l’aide, c’est ce qui m’a le plus manqué.

  • J’ai appris que tu vivais des moments difficiles. Je suis là si tu veux en parler ou si tu veux te distraire.
  • Je serais aussi super angoissée à ta place
  • Comment vas-tu ?
  • Je suis là. Je croise les doigts pour que tout soit ok.

Voilà donc ma toute petite pierre à l’édifice. Pour conclure, je me permets de republier ce dessin offert par la merveilleuse Zapette et qui résume parfaitement ce dont une pmette en détresse a besoin.

zappette

Publicités

25 réflexions sur “1001 choses à dire à une infertile

  1. marieandpma dit :

    Merci pour ton article ! Je suis dans le même cas que toi : confrontée à l’infertilité de trois de mes amies proches … et je ne sais pas quoi leur dire, c’est un comble !
    Bon, j’ai d’ailleurs un article sur le sujet dans mes brouillons … 🙂
    Bises !

    J'aime

  2. zazounette5 dit :

    C’est marrant, moi j’ai l’impression d’être seule au monde ! Je ne connais personne d’infertile… En tout cas pas autant que nous. Je les vois galerer un peu, je me dis « les pauvres », je compatis et puis pouf ils annoncent une Bonne Nouvelle. En général, je suis contente pour eux Parce que je sais la galère qu’est la PMA. Remarque, statistiquement, il faut bien qu’il y en ait pour qui ça ne marche pas et d’autres pour qui ça marche…

    J'aime

  3. Ella dit :

    Super article et très bonne idée. Ça me fait penser à mon amie à qui j’avais confié mes angoisses pour la ponction et qui au lieu d’essayer de me comprendre minimiser ma peur comme si j’étais ridicule d’avoir peur pour si peu…. Ça m’a fait mal alors que j’avais juste besoin d’une épaule amicale. Heureusement vous êtes là 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Nanou dit :

    très chouette article, qui pousse à réfléchir sur ce qu’on aurait pu/du dire, faire pour les autres après avoir nous même souffert. Dans mon cas, j’ai très peu parlé de mes difficultés à mon entourage, je voulais m’épargner les regards et remarques mal placés, c’est la blogo qui m’a fait avancer, qui m’a aidé à obtenir mon graal.
    J’en profite donc pour te remercier, toi qui a été là durant cette période ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s