Le premier jour (1)

Celui avec l’attente.

wait

Je reprends là où je vous avais laissés.

Mardi, 40SA + 0 : le grand départ

Minuit, nous quittons la maison, minuit 15 nous sommes à la maternité. Nous laissons dans le coffre la valise de maternité (mais emportons le sac contenant le nécessaire pour la salle de naissance). Ma plus grande crainte est qu’on me renvoie à la maison.

Biquet tient nos parents au courant de l’évolution de la situation. Ma maman nous dit que nous nous apprêtons à vivre le plus beau moment de nos vies.

Une SF nous accueille et nous installe directement dans une salle de naissance. Dilatation à 3cm, ouf, il ne s’agit pas d’un « faux travail ». On m’installe pour un monitoring de 30 minutes. Les contractions se succèdent toujours toutes les 5 minutes. On nous envoie ensuite marcher 1 heure pour voir comment les choses évoluent (visite de l’hôpital en pleine nuit : check !).

A la fin de cette petite marche, les choses s’accélèrent. Dilatation à 4 cm et surtout je n’ai plus le temps de reprendre mon souffle, au propre comme au figuré, entre les contractions. Je n’en peux plus et je demande la péridurale. A ce moment-là, des hurlements surviennent d’une autre salle de naissance : une dame crie qu’elle va mourir et appelle à l’aide. Dans le genre flippant, on fait pas mieux ! J’accepte sans hésiter que l’anesthésiste passe d’abord chez cette elle  😉 Un peu plus tard, de nouveaux appels à l’aide surviendront d’une autre salle de naissance. Je culpabilisais à cause de mes larmes. Finalement, c’est pas si mal…

Nous nous installons, certains que notre puce sera bientôt dans nos bras. Tout au long du travail, nous réviserons nos « pronostics »: avant 7 heures, avant 10 heures, avant midi, avant 14 heures…

Trois heures du matin. La première dose d’antibiotiques m’est administrée. La péridurale est posée. Quelle libération ! Je peux enfin un peu m’assoupir. Les contractions se succèdent toujours très rapidement mais ne sont pas régulières en intensité. Le doc McGentil étant en vacances, c’est la gynéco de garde qui suit mon « cas ». C’est une petite dame adorable. Elle décide de m’administrer une première dose d’ocytocine pour régulariser les contractions. Je perds un peu de liquide amniotique. Naïvement, je pense que la poche est rompue. En réalité, elle est juste probablement fissurée.

Premier changement d’équipe médicale (sauf la gynécologue de garde). Mes deux compagnes de travail ont accouché.  

Sept heures. Deuxième dose d’antibiotiques, ouf, je peux à présent accoucher en toute sécurité. Dilatation à 4-5 cm seulement. On est loin des 1cm/ heure… Nouvelle dose d’ocytocine. On perce la poche des eaux (pour celles qui comme moi redoutaient de ne pas se rendre compte d’une rupture de la poche des eaux, aucune inquiétude à avoir : c’est le déluge entre mes jambes, absolument inratable !).

Onze heures. Troisième dose d’antibiotiques… Dilatation toujours très lente. On augmente la dose d’ocytocine. La gynécologue vient toutes les heures vérifier mon état.

Deuxième changement d’équipe médicale (toujours à l’exception de la gynécologue de garde).

Quinze heures. Quatrième dose d’antibiotiques… Dilatation à 7 cm. La SF touche la tête de la petite (elle a des cheveux <3). Le bébé n’appuie pas assez sur le col qui est « cerclant ». Je n’en peux plus. Les contractions sont très « hautes », appuyant douloureusement sur mes côtes à gauche, me donnant l’impression de compresser mon cœur. Cette douleur n’est pas contrôlée par la péridurale. L’anesthésiste parlera d’une épine quelque-chose-dont-j’ai-oublié-le-nom. On me met un masque à oxygène.

Seize heures. Le col n’a plus bougé du tout. La tête de la petite semble bien placée mais ne s’engage pas du tout. On décide en accord avec la gynécologue d’attendre encore un peu.

Seize heures et quelques. Le cœur du bébé s’emballe (200), puis ralentit rapidement (70). La SF et la gynécologue déboulent très vite. Le col n’a toujours pas bougé. Le liquide amniotique est teinté. Le bébé ne supporte plus les contractions… Le rapport de naissance mentionnera une « souffrance fœtale aigue ». La décision est prise de faire une césarienne en urgence. Nous sommes sonnés.

 

 

 

 

Publicités

36 réflexions sur “Le premier jour (1)

  1. MadameOurse dit :

    Pour ma part on m’a percé la poche des eaux quand j’étais sous péri aussi et je n’ai strictement rien senti !!
    Tu as été suivie de près par la gynéco de garde c’est plaisant à lire quand bien souvent les gynécos ne sortent pas de leurs bureaux 😉

    J'aime

    • Biquette dit :

      Exactement! Aussi, que ce soit pour la conception ou l’accouchement, nous mesurons notre chance de vivre dans un pays et à une époque où la médecine a pu nous faire accéder à la parentalité.
      Bisous

      J'aime

  2. damelapin dit :

    Ah la vache, ton accouchement a été bien long! Et ce stress quand le rythme s’effondre… J’ai eu la chance de l’expulser très vite, mais tu as dû être aussi sonnée par l’annonce de la césar…

    J'aime

    • Biquette dit :

      Je te rassure, la suite s’est bien déroulé, même si ce fut angoissant.
      Quant au douillage, vive la péridurale 😉 C’est surtout au niveau des émotions que c’est lourd mais le cadeau au bout du chemin en vaut mille fois la peine!

      Aimé par 1 personne

  3. ptbichon dit :

    Vite la suite.
    Mais quand même je trouve ça hyper long… Je ne sais pas quels sont les critères belges mais j’ai l’impression qu’en France on aurait pris la décision avant.
    Sinon SFA (Souffrance Fœtale Aiguë) est un terme qu’on utilise très souvent et qui fait plus peur à lire qu’il n’est en réalité. Le bébé en « souffre » vraiment peu de temps, c’est surtout un « code » qui nous fait dire on traine pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s